Accueil Articles PHOTOS Equipement Liens Contact
Passion  Oiseaux

VOYAGE en POLYNESIE FRANCAISE

J’ai écrit ce récit en remerciement pour l'accueil et la gentillesse qu'ont manifestés à notre égard toutes les personnes qui nous ont hébergés, emmenés en excursion ou que nous avons rencontrées lors de notre séjour.

Les raisons du voyage

C’était le rêve d’Alain qui, avec sa femme Françoise, sont des amis de plus de 40 ans (Alain-Françoise comme nous ce qui a, maintes fois, fait sourire nos amis polynésiens).

Quand il a déclaré à son départ en retraite en 2007 qu’il souhaitait y aller, nous lui avons suggéré d’attendre 2008 pour être du voyage avec eux. De notre côté, nous y avions passé 3 semaines de vacances alors que j’étais sur place pour mes activités professionnelles en septembre-octobre 1973. A l’époque, le déplacement inter îles était restreint. La météo avait été décevante. Nous avions été un peu déçus mais nous gardions un bon souvenir du contact avec les polynésiens(nes).

Itinéraire

Choix de la durée

Le minimum pour un tel voyage est de 2 semaines. Comme nous voulions aller aux Marquises qui requièrent une semaine , nous sommes partis 3 semaines. D’autant qu’il faut tenir compte :

- des distances qui engendrent des ½ journées de transport.

- des week-ends où il peut n’y avoir aucune activité.

- des horaires d’avions, car certaines destinations ne sont pas desservies tous les jours ainsi pour notre    périple,un seul avion par semaine le samedi pour la liaison Rangiroa-Marquises.

Choix de la date

Par expérience, je savais qu’il faut éviter les périodes scolaires car les places d’avions sont accordées en priorité aux scolaires et enseignants. En mars-avril, il peut faire très chaud et septembre-octobre ne nous avait pas été favorable. Nous avons donc choisi mai-juin avec départ et retour en week-end pour faciliter le trajet aéroport ROISSY-domicile par des proches.

Cahier des charges pour devis

Nous avons opté pour l’hébergement en pensions de famille et ½ pension pour être libres le midi.

Nous avons aussi défini les activités que nous souhaitions faire afin qu’elles soient réservées avant notre départ.

Au vu de reportages, la réputation de Bora Bora est due essentiellement à la beauté de son lagon. J’ai demandé à nos amis, qui n’ont jamais fait de voilier, s’ils seraient partants pour en faire durant quelques jours. Suite à leur approbation, nous avons trouvé, sur le net, les propriétaires d’un catamaran qui nous ont proposé de nous prendre à Raiatéa et nous déposer à Bora Bora.

Avec tous ces éléments, nous pouvions consulter les agences de voyage. La seule à s’adapter à nos exigences et à établir un devis sérieux a été l’agence Etoile Voyages. Nous lui avons confié l’établissement du programme final. Chaque point a été traité avec efficacité et rapidité ( maximum 48h - échange d’une cinquantaine de mails). Toutes les prestations ont été assurées. En effet, les prix affichés dans leurs catalogues sont identiques à ceux que les pensions de famille affichent sur le net. L'avantage est d'avoir eu à faire à un seul interlocuteur car l’agence a pris en compte le catamaran.

Notre voyage

 TAHITI

Nous sommes arrivés vers 23h00 au Relais Fenua après avoir été pris en charge à notre descente d’avion par une personne représentant le gérant du Relais en congé.

Heure idéale car avec la fatigue du voyage, nous avons dormi et pas ressenti le décalage horaire. Nous avions décidé de faire tout de suite le tour ou la traversée de l’île, afin de nous familiariser avec la vie locale et d’occuper utilement cette journée. C’était dimanche et jour de fête des mères. L’agence n’ayant pas de prestataire travaillant le dimanche, nous avons réservé , par internet, à http://www.tahititaxiagency.com/ le tour de l’île. A l'heure convenue, le taxi est arrivé, conduit par Imiura qui gère, avec sa femme Ghislaine, cette agence de taxis. En l'attendant, j'ai eu le temps d'observer mes premiers oiseaux. Pour les amateurs, les oiseaux  sont regroupés dans l’album oiseaux de Polynésie .

Imiura nous a proposé de faire le tour par l'Est en s'arrêtant aux points de vue intéressants.

Le midi, à notre demande, il nous a emmené dans le  restaurant ci contre. Ce jour là, la plupart proposaient un repas unique dans la tradition polynésienne. Imiura jugeant le tarif excessif, a négocié le prix. Première surprise, les dépenses pour nos repas pris en dehors de la ½ pension, auraient été équivalentes en métropole.


Sur le chemin du retour, à la sortie de la dernière visite, Imiura s’est arrêté chez des amis. Il nous a appris quelques astuces de survie en cas de perdition sur un atoll.  

ligaturer les pieds

puis monter au cocotier

Epluchage de noix de coco

fruits à récolter

 Il a emprunté un youkoulélé et tous ont chanté. Quelle journée, le périple ne pouvait pas mieux commencer.





Le lendemain : traversée de l’île que nous avons faite en 4x4 avec chauffeur. Nous confirmons qu’l est déconseillé de louer un 4x4 car la piste est par endroits périlleuse.






Notre chauffeur s’est arrêté au départ de la piste pour prendre le repas du midi auprès d’une famille tahitienne qui nous a offert du pain de coco en signe de bienvenue.





Paradoxe : notre premier bain a été dans l’eau douce de ce site pendant que notre repas était présenté par notre guide.

Découverte des paysages

Passage d’un côté à l’autre par un tunnel

De retour à la pension, premier bain de mer avec coucher de soleil sur Mooréa

Le lendemain matin, la voiture de location nous attendait. Direction Papeete. Conseil : se garer à l’entrée de la ville et marcher d’autant que les automobilistes respectent les touristes piétons et s’arrêtent pour les laisser traverser.

Visite obligée au marché

Repas au marché avec musique (bon rapport qualité/prix)

 A propos des repas, étant tous les quatre, amateurs de poissons, nous sommes régalés. A Papeete, le soir, les roulottes sur le port proposent que l’embarras du choix et l’ambiance est sympa.  

 HUAHINE

Notre hôtesse nous a accueillis avec des fleurs.

Gite

Nous avons flâné dans le village avant de nous baigner.

Attention, j’ai été limite à ne pas revenir à la plage. Les lagons des îles ou des atolls sont sujet à courant qui peuvent être très forts du fait qu'ils se vident ou se remplissent en fonction des marées. Le lendemain matin, nous avons été attirés par des chants. C’était la fête des écoles et nous avons pu assister aux chants et danses polynésiens.  

 L’après midi, tour de l’île en 4x4x programmé mais Alain, griffé par un chat à Tahiti, à son bras enflé. Lorsque notre chauffeur Firmin arrive, nous lui exposons la situation. Il téléphone à son docteur et s’arrange avec lui pour un rendez vous au retour de notre virée dont l’heure est aléatoire et en dehors des horaires d’ouverture du cabinet. Pour Alain, il était temps. Il sera juste privé de baignade pendant 2 jours. Merci au docteur qui est revenu exprès au cabinet et à Firmin qui a été un guide passionné de son île.

Le lendemain, journée tour de l’île en pirogue, pour faire connaissance avec le lagon et ses poissons.

 Attention messieurs piège : visite d’une ferme perlière. Même en plein lagon, la carte bleue fonctionne

La ferme

mise en place des greffons

 La journée s'est achevée par une plongée au milieu des requins au cours de laquelle nous avons pris des photos avec un appareil étanche jetable. A déconseiller : les photos sont vraiment médiocres.

Huahiné nous a enchanté par son charme, son authenticité et sa beauté.

  ILES de la SOCIETE  

 

Nous quittons Huahiné sur ce lever du jour, pour Raitéa où se trouve le port d’attache du bateau de Martine et Christian.

Après les présentations d’usage, nous montons à bord pour occuper nos cabines respectives.

Je pousse un ouf de soulagement car nos amis écarquillent les yeux d’émerveillement. Le bateau est splendide et bien agencé. La réponse nous sera donnée au cours du séjour, Martine et Christian l’ont conçu spécifiquement pour accueillir des clients en croisière.

Jugez par vous mêmes

Le jour où j’ai trouvé le site de Christian et Martine, j’ai eu de la chance. Nous avons pris le temps de flaner dans Uturoa et d’acheter de la vanille chez chanejeanne.com , réputée pour être une des meilleures de Polynésie et ne cherchez pas une belle boutique.

Retour à bord pour notre périple. 1er jour : mouillages de jour motu Iruru près de la passe de Faaroa et de nuit : motu près de la passe Teavapiti où nous avons assisté à ce coucher de soleil dont les couleurs ont changé en 5 minutes.

 Les bonnes surprises de cette première journée à bord et qui ne seront jamais démenties par la suite : les repas que confectionnent Martine sont délicieux et les vins qui les accompagnent sont offerts. Des cocktails de jus de fruits frais et alcoolisés à chaque fois différents sont proposés par Christian.

2eme jour : mouillage de nuit : sur Tahaa côte Est près de la passe motu Ceran. Anecdote nous ayant laissé un souvenir inoubliable.Tous les quatre sur l'annexe en panne de moteur au milieu du lagon, au bout d'un 1/4h, un bateau repère nos signes de détresse et vient jusqu'à nous. C'était un bateau de la gendarmerie piloté par un gendarme polynésien prénommé Alain.

3ème jour : dans le lagon de Tahaa, en face des bungalows du seul Relais et Château de Polynésie.

mouillage en face des bungalows

Au sortir de la baignade, nous voyons une pirogue approcher du catamaran. Christian nous présente à Norbert et nous apprend que nous allons partir avec lui pour visiter son jardin de corail. Nous accostons à une centaine de mètres du Relais Chateau le Tahaa et Norbert nous présente sa propriété, avant de nous emmener plonger dans une passe océan-lagon de profondeur maximum 1,5m où les coraux et poissons sont de toute beauté. Au retour, il nous approvisionne en fruits frais .

 Christian a mouillé pour la  nuit côte sud du Relais chateau pour le coucher de soleil sur Bora Bora







4ème jour

Bora-Bora que nous rejoindrons après 5h00 de navigation.








 Comme le montre la carte, Bora-Bora est truffé d'hôtels de luxe qui envahissent chaque m2 et les constructions continuent.   

Les plages sont en majorité privées donc inaccessibles……..

les couleurs exceptionnelles des eaux du lagon

mais attention en débarquant  

 Nous y cotoyons toutes sortes de voiliers  

 Celui de gauche, repartant avec ses touristes au coucher du soleil

Dernier regard sur TANE

 avant de prendre l'avion pour Rangiroa

  RANGIROA  

Planning oblige, c'est le site où nous sommes restés le moins. Pour les amateurs de plongée, c'est le site de référence. Après avoir pris possession de notre gite, face au lagon http://www.sitetuanake.fr.st

Nous avons loué des vélos car il y a juste une route rectiligne de 15 kms., ce qui n'empêche pas qu'il y ait un nombre impressionnant de 4x4 sur l'atoll. La pluie nous ayant surpris et quand il pleut, il pleut

nous avons visité la ferme perlière puis dégusté à la cave les seuls vins produits en Polynésie

De retour au gîte, l'état du lagon nous a fait douter pour l'excursion du lendemain.

La chance a continué à nous sourire car le lendemain, il était calmé. Nous avons donc traversé le lagon pour aller au lagon bleu.

A savoir : agréable ou pas selon de l'état du lagon. 2h00 de retour, avec le lagon dans l’état de la veille sur ce type de bateau.

  LES MARQUISES  

 Différentes l’une de l’autre, les deux îles que nous avons visitées, ont chacune leur charme et leur intérêt et sont encore empreintes de pleins de mystères.

  NUKU HIVA  

 Un 4x4 nous attendait à l’aéroport pour nous conduire à la pension MAVE MAI. Remarque : au retour sous un orage, la piste était glissante et pleines de traîtrises. Il a fallu 1h30 pour rallier l'aéroport et beaucoup d'énergie et de maîtrise de la part de notre conductrice pour conduire son 4x4 dans ces conditions.

Surpris par l’aspect désertique de cette partie de l’île, notre conductrice nous assure qu’au bout d’une demi-heure de piste, la végétation sera toute autre et que la dite piste devient route bétonnée. Elle explique que nous mettrons à peine une heure pour rejoindre la pension parce que la piste n’est pas fermée. Sinon, c’est entre trois et quatre heures par l’ancienne piste passant au Nord de l’île.

Bout de la piste

Arrêt pour admirer la baie de Taiohae où nous avons séjourné.





L’après-midi, balade dans Taiohae et visite de la cathédrale.







 


A l’intérieur, les sculpteurs Marquisiens ont exprimé tout leur talent.

Nous sommes dimanche. C’est Jean-Claude, le propriétaire de la pension, qui assure la découverte de l’île. Il nous emmène jusqu’à Hatiheu en faisant découvrir les sites archéologiques où se trouvent de nombreux tikis.

Pourquoi les racines de ces arbres renferment-elles des crânes humains ?  

Que peut bien vouloir représenter ces gravures ?

Jean-Claude s’arrêtait de temps à temps et nous a offert le dessert.

que nous avons dégusté au bord d’une haie de bougainvilliers.

  HIVA HOA  

Cette fois, l’aéroport est proche d’Atuona  que nous survolons juste avant notre arrivée.


De la pension Temetiu Village, où nous logions, nous avons vue sur ce port.

 Merci à Gaby et son épouse, propriétaires de la pension, pour nous avoir visionné le film que leur fille a pris, montrant l’arrivée d’une vague tsunami dans ce port. Impressionnant.

 Sur leur conseil, nous avons réservé chez Marie-Antoinette pour déjeuner. Repas inoubliable préparé par Marie-Antoinette, toujours alerte à plus de 80 ans.

Pour faciliter la digestion de ce festin, nous avons visité le musée Gauguin et le hangar où un hommage est rendu à Jacques Brel, avant de nous rendre au cimetière où ils reposent.  

Notre guide (propriétaire de la pension) nous explique qu’il est difficile pour les Marquisiens d’entretenir les sites archéologiques. La végétation reprend vite le dessus et la population n’est pas nombreuse.

Nous sommes bien petits devant ce géant.

 Ce guide aussi nous a montré sa maîtrise du 4x4.

Superbe église de pierres

Nous quittons les Marquises pour Papeete où nous resterons qu’une journée avant de prendre l’avion pour le retour chez nous.

FIN DE CE RECIT

Accueil Articles PHOTOS Equipement Liens Contact