Accueil Articles PHOTOS Equipement Liens Contact
Passion  Oiseaux

OISEAUX de CUBA    ( 26/11 au 09/12/2010 )

Nous avons parcouru CUBA en car de La Havane à Santagio. Ce voyage été organisé par notre amie Lucette que nous remercions.

Première journée à La Havane. Très peu d’oiseaux en dehors des moineaux, des hirondelles et  des vautours qui planent au dessus de la ville.

 Le lendemain matin, dans les jardins de l’hôtel, cet oiseau de la taille entre merle et corneille et  cet autre qui ressemble à notre gobemouche gris.

  Excursion aller/retour à la vallée de Vinalès  à 200 kms au SO de La Havane.

Au village des pêcheurs de Cojimar, de la fenêtre d'un restaurant fréquenté en son temps par Ernest Hemingway, des pélicans faisant leur toilette.

et des frégares.

L’après midi, grosse déception au jardin botanique d’une superficie de 600 ha, nous l’avons parcouru en car et fait deux arrêts :  moins d'une dizaine d'oiseaux vus.  Nous quittons La Havane pour la péninsule de Zapata. Arrivés à La Boca, nous embarquons à bord de bateaux à moteur pour nous rendre à Guama, archipel d’îlots au milieu d’une lagune dénommée la « lagune du trésor ». Restés 40 minutes sur un îlot 150 m de long sur 75 m de large, c’est à cet endroit que j’ai aperçu le plus d’oiseaux du séjour. J’étais en train de prendre des pélicans en vol

quand j’ai vu un oiseau effectué une descente en piqué et pénétré bruyamment dans l’eau. J’ai fait une mise au point sur les arbres bordant la lagune en attendant que l’oiseau sorte de l’eau. Surprise à la sortie, un balbuzard pêcheur.

Entre 1 ère  des 2 images ci dessus et  la dernière des 4 images ci dessous : 25 secondes.

A peine remis de ce spectacle, des personnes du groupe m’attendaient devant un arbre. J'y suis resté jusqu’au départ.

 Montrant la photo de l’aigle à la guide, elle précisa ma passion au pilote du bateau. Ainsi, nous eûmes droit au retour de nous arrêter devant des cormorans

mais surtout de nous diriger vers ce balbuzard pêcheur.

 Au retour à La Boca, pendant la visite d’une ferme d’élevage de crocodiles, un couple de pics s’est approché à quelques mètres de moi.

Je quitte la ferme sur ces deux oiseaux.

 





 Nous sommes arrivés à Trinitad.

L’hôtel est situé sur les hauteurs de la ville.

En fin de journée, je me poste auprès d’un des rares arbustes

en fleurs pour prendre cet oiseau.



quand soudain apparaît un colibri.

Je passe la vitesse obturateur à 1/1600ème .

Ses sauts, d’une fleur à l’autre, sont si rapides et imprévisibles

que je n’arrive pas à cadrer et

faire la mise au point avant qu’il ne s’éloigne.

Il revient régulièrement toutes les 10 mn et mais la luminosité

est de plus en plus faible. Je règle la sensibilité à 1600 ISO,

quand enfin, il apparaît dans le viseur.

Je le devine à peine à cause de l’obscurité.









 Le lendemain matin, j'ai 3/4h avant le départ du car.

Un colibri est présent au même endroit que la veille.

Il signale son arrivée par 2 petits cris aigus mais

de grosses rafales de vent m'obligent à me contenter de l'admirer.

Au moment de partir, je le découvre posé et j’ai juste le temps de prendre cette photo.






 Il est vrai, vu comme me regarde celui là, le midi, je pense

que je dois intriguer avec mon objectif collé au visage.




 Santiago de Cuba

Parc de Baconao avant d’arriver au Gran Piedra situé à 1225m d’altitude, visite d’un jardin botanique.

A l'entrée, un colibri en surplace devant une fleur de strélitzia aussi appelée oiseau de paradis

mais cette superbe image ne sera que pour ma mémoire.

La visite étant guidée, je n'ai fait qu’entrevoir les oiseaux présents à part ce colibri qui s’est posé près du groupe écoutant la guide.



Retour vers l’Ouest, arrêt à Camaguey avant de nous diriger au NO pour Santa Lucia, station balnéaire de la côte atlantique.

Dans l’enceinte de l’hôtel de Santa Lucia

Nous avions une demi journée de libre, le groupe a décidé de se rendre à un village de pêcheurs en calèche.

En cours de balade pour nous, arrêt au bord d’une lagune pour observer un rassemblement d’environ un millier de flamants roses.

 Au village de pêcheurs situé au bord du récif, des vautours et des oiseaux marins.

Pour terminer l’article, la performance insensée de ces 2 pêcheurs : après 6 heures dans l’eau, ils sont revenus avec plus de 100kgs de poissons en les tirant sur quelques kms dans une eau à environ 23°C. Ils étaient au bout de leurs forces.

Accueil Articles PHOTOS Equipement Liens Contact